Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 06:17
La constitution pastorale « Gaudium et Spes » nous le rappelle : « le genre humain vit aujourd’hui un âge nouveau de son histoire caractérisé par des changements profonds et rapides qui s’étendent peu à peu à l’ensemble du globe. Provoqués par l’homme, par son activité créatrice, ils rejaillissent sur l’homme lui-même, sur ses jugements, sur ses désirs, individuels et collectifs, sur ses manières de penser et d’agir ». (Introduction - Le service de l’homme – 2)
La constitution dont nous fêtons cette année les 40 ans avait vu juste : « la transformation des mentalités et des structures conduit souvent à une remise en question des valeurs reçues, tout particulièrement chez les jeunes ».
C’est précisément l’une de ces évolutions qui m’a frappée ces dernières années. Comme père de famille d’abord, comme éducateur ensuite et comme formateur auprès d’étudiants ou de jeunes professionnels, j’ai souvent dû faire le constat que la valeur, la conception, le sens même du travail n’avaient plus tout à fait la même signification entre les nouvelles générations et nous. Frappé par ce constat, je me suis fréquemment demandé ce qu’il fallait répondre à ces nombreux garçons et filles qui, justement désireux de ne pas réduire leur vie à sa dimension professionnelle, pouvaient avoir tendance à jeter le « bébé avec l’eau du bain », à confondre le temps de travail avec le temps au travail et à refuser de trop s’engager de peur d’être « dégagés »…
Ce thème du « travail », la constitution pastorale « Gaudium et Spes » l’aborde déjà dans son chapitre III consacré à la vie économique et sociale : « le travail des hommes » nous dit le texte « … passe avant les autres éléments de la vie économique qui n’ont valeur que d’instruments…
Nombreux d’ailleurs sont les textes de l’enseignement social chrétien qui abordent et même développent ces différents thèmes. En effet, l’Eglise ne cesse de nous rappeler que le « problème du travail a un lien extrêmement profond avec celui du sens de la vie humaine » (Jean Paul II, Message à la Conférence Internationale du Travail – 15 juin 1982).
Malheureusement c’est de ce « lien extrêmement profond » que nos sociétés occidentales cherchent à s’affranchir aujourd’hui oubliant que le travail est un devoir constitutif de notre nature et qu’en en perdant le sens, l’homme s’ampute lui-même d’un élément essentiel de son Salut. De ce point de vue, si l’on veut bien revenir au fil conducteur de notre rencontre à Fribourg, l’affranchissement de ce lien est une « catastrophe anthropologique ».

I/ Conditions de travail et conception du travail

L’encyclique « Laborem Exercens » (14 septembre 1981) est évidemment au centre de notre sujet. Que le pape Jean-Paul II ait voulu, dès la 3e année de son pontificat se pencher sur le thème du travail montre assez l’importance qu’il lui accordait estimant, à la suite de ses prédécesseurs qu’il « est une clé, et probablement la clé essentielle de toute la question sociale si nous essayons de la voir vraiment du point de vue du bien de l’homme ».
À l’issue de la crise économique des années 90, alors que les grandes puissances prenaient la mesure de la mondialisation, cette question du travail a d’ailleurs fait l’objet de nombreuses réflexions dans nos sociétés occidentales. Malheureusement, il n’est pas sûr que le texte du Saint Père ait particulièrement servi de référence à ces réflexions et 24 ans après la grande encyclique « Laborem Exercens », le constat est pour le moins contrasté.
Entre les 35 heures d’un comptable français et les 70 heures d’un ouvrier du textile chinois, entre le confort matériel d’un opérateur de PSA (ergonomie, temps de récupération, climatisation des postes) et celui d’un ferronnier dans le souk de Marrakech, les conditions de travail ne sont pas les mêmes et elles ont évidemment des répercussions importantes sur la vie des personnes et de leurs familles.
Mais ce n’est pas de cette différence-là dont je voudrais parler. Ce sujet à déjà été traité de nombreuses fois, y compris lors de nos rencontres et la Constitution pastorale « Gaudium et Spes » y insiste lorsqu’elle affirme qu’il « faut s’efforcer vigoureusement, dans le respect des droits personnels et du génie propre de chaque peuple, de faire disparaître le plus rapidement possible les énormes inégalités économiques qui s’accompagnent de discrimination individuelle et sociale ». 
La conception du travail, dans nos sociétés occidentales me paraît, en revanche, moins souvent abordée. Même si le débat sur le temps de travail n’est pas clos, même si les médias se font régulièrement l’écho d’un changement de mentalités sur ce point –notamment chez les plus jeunes - on entend peu ou pas l’Eglise sur ce sujet qui pourtant a des conséquences économiques bien sûr, mais également anthropologiques.

II/ Perte du sens du travail : des responsabilités multiples

En fait, que constate-t-on ? Sous l’influence de plusieurs paramètres qui interagissent les uns sur les autres, nos sociétés dites développées perdent peu à peu le sens du travail. De ce point de vue, trois points me paraissent significatifs :

II-1/ Du côté des salariés :

Si l’on cherche à comprendre les raisons de cette dérive en nous plaçant du côté des salariés, le constat est simple. Régulièrement repris dans les médias sous la forme « d’enquêtes » ou de « dossiers spéciaux », ce constat fait apparaître des perceptions de plus en plus négatives :

1-1 Pénible, difficile, le travail réclame des efforts qui sont de plus en plus perçus comme des contraintes inacceptables. On est loin du « bonum arduum », le « bien ardu » qui est, selon Saint Thomas, la marque même du travail.

1-2 Cette conception du « travail-contrainte » s’est prolongée au point de limiter le travail à sa seule dimension alimentaire. Pour beaucoup de nos contemporains en effet, la vraie vie est ailleurs. Il faut faire son temps de travail, ne pas trop s’engager, arriver et partir à l’heure et commencer à vivre vraiment une fois passée la porte de l’usine ou du bureau. C’était un des arguments souvent utilisé en France au moment du vote de la loi sur les 35 heures. Avec la diminution du temps de travail « on » avait trouvé la solution idéale : d’abord les entreprises étaient incitées à créer des emplois, ensuite le coût social du chômage diminuait, enfin les travailleurs bénéficiaient de temps libre pour leurs loisirs réputés plus épanouissants.

1-3 Mais cette remise en cause du travail va plus loin : fatigant, purement alimentaire il apparaît aussi comme un frein à la créativité. Dans une économie où il faut sans cesse « fabriquer plus vite, en plus grand nombre et de meilleure qualité », les salariés vivent assez mal cette forme de contrainte qui les oblige à s’inscrire dans un « process » sans avoir leur mot à dire.

Même si ce rapide diagnostique peut paraître abrupte, il ne faut pas en nier la portée et les conséquences qu’il entraîne dans les entreprises : conséquences sur la motivation, conséquences sur l’ambiance et le climat social, conséquences sur l’engagement des personnes, conséquences aussi sur les relations entre les générations, etc. Si l’on veut par ailleurs se placer du « point de vue du bien de l’homme », ces conséquences sont dramatiques puisqu’en adoptant ce type de mentalité, chacun se prive d’un moyen unique de se réaliser lui-même .

II-2/ Du côté des entreprises :

Mais dans ce rapide constat, il ne faut pas oublier la responsabilité des entreprises qui, engagées dans une véritable guerre économique ont bien souvent contribué à brouiller les pistes. Comme le dit le pape Jean-Paul II : «C’est en tant que personne que l’homme est sujet du travail » et non comme « objet » car alors, il serait assimilé à un « simple instrument de production ».
Cette confusion, cette « inversion d’ordre » a largement contribué à détourner nombre de salariés de leur devoir d’investissement et d’engagement dans leur travail.
Lorsqu’un ouvrier qualifié de Danone donne 20 ans de sa vie à son entreprise et qu’il est « débarqué » comme une machine usagée ou un stock qu’il faut écouler, l’envie de se réinvestir et de se donner à nouveau peut-être naturellement émoussée.
De même, la nécessité de se conformer à des normes et à des procédures de plus en plus rigoureuses a-t-elle rendu la tâche de chacun plus mécanique. Ainsi, dans un marché mondial où la concurrence fait rage, la lourdeur de ces procédures a étouffé toute forme d’autonomie. Même si de nombreuses entreprises ont compris l’importance de mobiliser leurs salariés autour d’un projet commun, même si certaines d’entre elles ont mis en place le principe de subsidiarité, cette nécessité a contribué à amputer toute forme de travail d’une de ses dimensions essentielle : la créativité.

II-3/ Du côté des Etats et des collectivités :

Parallèlement, les Etats occidentaux se sont engagés dans des décisions qui reposaient sur des à priori et sur une fausse conception du travail. Je n’ai bien sûr pas la prétention de les passer en revue, mais deux exemples suffisent à illustrer mon propos.

-    Un des a priori d’abord, c’est que le travail est un MAL nécessaire. Un mal dans le sens où la fatigue qu’il engendre, la peine qu’il demande, les souffrances mêmes qu’il peut provoquer sont autant de raisons pour qu’il ne soit qu’un fardeau à alléger.

-    La fausse conception ensuite était de réduire le travail au nombre d’heures travaillées. Avec cette façon de voir il était interdit à un compagnon travaillant sur une chaîne d’automobiles de réfléchir le matin en se rasant à une amélioration possible de l’ergonomie de son poste !

De ces à priori et de cette fausse conception ont découlé toute une législation dont la loi sur les 35 heures en France est une illustration parfaite. Au nom de la solidarité qui visait à réduire le temps de travail et à obliger les entreprises à créer des emplois avec le temps ainsi récupéré, s’est développé tout un discours sur la « civilisation des loisirs », sur  la nécessité de compter son temps de travail comme une simple marchandise ou de ne pas s’y engager plus que de raison sous prétexte qu’il n’est pas un lieu d’épanouissement privilégié.

III/ Peut-on parler de structure de péché ?

Dans l’un de ses textes intitulé « N’ayons pas peur de la Vérité », Jean-Paul II  revient sur ce qu’il a contribué à appeler « structure de péché ».  Dans ce texte, il explique que le péché dispose aujourd’hui de moyens d’asservissement des consciences extraordinaires :  « C’est ainsi que des modèles de comportements aberrants sont progressivement imposés à l’opinion publique, non seulement comme légitimes, mais comme le signe d’une conscience ouverte et éclairée. Ainsi s’instaure un subtil réseau de conditionnement psychologique que l’on peut bien assimiler à des liens qui empêchent une véritable liberté de choix ».
C’est dans ce conditionnement psychologique que l’on se trouve aujourd’hui. On peut même, je crois, parler de structure de péché en ce sens que dans notre situation, des institutions et des mécanismes conduisent les hommes à commettre l’injustice et les poussent à s’écarter de leur vocation de fils de Dieu. Dans leur ouvrage intitulé « Les autoroutes du mal » (Presse de la Renaissance - 2001)- Jacques Bichot et Denis Lensel qui ont longuement étudié la pensée du pape Jean-Paul II, mettent en évidence 4 composantes qui, de leur point de vue sont significatives de ces structures de péché :

-    Composante psychologique : la propension au mal est une dépendance qui se contracte par accoutumance progressive. Autrement dit, l’homéopathie est plus efficace que les antibiotiques  et à force de répéter partout que le travail est un mal nécessaire, il finit par devenir un mal tout court !
-    Composante sociologique : Chacun n’ayant plus de repères précis (bien/mal) observe ce que font les autres et tend à s’y conformer. C’est ainsi qu’on a pu observer au moment de la mise en place de la réduction du temps de travail en France que les cadres, qu’on pensait volontiers éloignés de l’esprit de cette loi, ont été peu à peu gagnés et sont aujourd’hui attachés à son maintien. 
-    Composante économique : le prix à payer pour être honnête grimpe rapidement au fur et à mesure que la malhonnêteté devient commune. Dans cet esprit, le développement de ce qu’on appelle le « travail au noir » est significatif. Dans l’impossibilité de travailler plus pour gagner plus, enfermé dans les contraintes horaires imposées par la loi, l’artisan plombier ou le maçon peut céder à la tentation de tricher en allongeant ses journées pour augmenter ses revenus.
 
-    Composante politique : la loi positive s’éloigne de plus en plus de la loi naturelle. De ce point de vue, nos législations européennes peuvent avoir des effets pervers. En France par exemple, il peut être plus intéressant financièrement de percevoir chaque mois ses allocations chômages que de rentrer dans un de nos nombreux dispositifs de « retour à l’emploi ». D’autant plus que la perception de ces aides n’entraîne pas de contrepartie réelle et que la collectivité n’exige même pas, en échange, la participation à des travaux d’intérêt collectif !

Dans notre contexte on peut donc dire que ces 4 composantes sont réunies. Elles contribuent à effacer peu à peu la relation extrêmement profonde qui existe entre le « travail » et la « vie humaine » au risque de dénaturer complètement son rôle et de provoquer des déviances dont il n’est pas toujours facile de mesurer l’importance.

IV/ Ce que nous dit l’Enseignement Social Chrétien ?

Les auteurs de la Constitution pastorale Gaudium et Spes qui avaient parfaitement vu que nous allions vivre une « véritable métamorphose sociale » ont abordé dans le chapitre III (section 2, 67-2) la question du travail. Le texte nous dit que :  «l’homme assure habituellement (par son travail) sa subsistance…peut pratiquer une vraie charité et coopérer à l’achèvement de la création divine. Bien plus, par l’hommage de son travail à Dieu, nous tenons que l’homme est associé à l’œuvre rédemptrice de Jésus Christ…».
On est loin des dérives actuelles qui font du travail une sorte d’aliénation dont l’homme doit se libérer pour s’épanouir. C’est même tout le contraire !
Dans l’encyclique Laborem Exercens, Jean-Paul II distingue clairement le « travail au sens objectif » du « travail au sens subjectif ».
Le premier se définit comme l’acte de transformation, de domination et de soumission du monde visible. Il est bien sûr nécessaire, mais il comporte des risques d’aliénation de l’homme par la technique.
Le second souligne que grâce à son travail, l’homme se réalise lui-même et qu’en contribuant ainsi à sa propre création il « devient plus homme ».
D’un certain point de vue, ces deux sens donnés au travail redressent quelques unes des erreurs que nous dénoncions tout à l’heure. Dans les deux cas en effet, le travail ne peut-être perçu dans sa seule dimension alimentaire ou contraignante. En travaillant l’homme fait mieux que de se nourrir : il contribue à l’achèvement de la création et participe « à la réalisation de son humanité, à l’accomplissement de la vocation qui lui est propre en raison de son humanité même : celle d’être une personne ».
Cette conception change complètement notre regard actuel sur le travail qui ne peut se limiter à sa dimension objective ! En effet ce n’est pas l’aspect financier, économique ou même le genre (manuel ou intellectuel) qui fait la valeur du travail mais son sujet, c’est-à-dire l’homme qui l’exécute. En fin de compte, nous dit Laborem exercens, « le but du travail, de tout travail exécuté par l’homme…reste toujours l’homme lui-même ». Ainsi chacun doit-il prendre ses responsabilités : l’entreprise en créant les conditions favorables à cet épanouissement ; l’ouvrier ou le cadre en ne perdant jamais de vue que son travail, dont la pénibilité peut-être forte, lui permet de faire fructifier ses talents et donc de correspondre davantage à sa vocation.
Il faut revenir un moment sur cette question de la pénibilité qui est bien souvent au cœur du travail. Le Saint Père se plait d’ailleurs à rendre hommage aux agriculteurs, aux mineurs, aux sidérurgistes mais aussi aux hommes de sciences, à ceux qui « ont sur leurs épaules de grandes responsabilités » et même aux mères de familles qui « portent chaque jour la fatigue et la responsabilité de leur maison ». Cette fatigue, cette peine, est un bien, un bien « digne », c’est-à-dire qu’il « correspond à la dignité de l’homme, qu’il exprime cette dignité et qu’il l’accroît ». C’est dans ce sens que le travail doit être considéré comme un bien de l’homme qui lui permet de devenir bon en tant qu’homme. Charles Péguy dans « L’argent » évoque le souvenir de sa mère et de ses amies : « Nous croira-t-on, nous avons connu des ouvriers qui avaient envie de travailler… Nous avons connu un honneur du travail, exactement le même qui au moyen-âge régissait la main et le cœur…j’ai vu toute mon enfance rempailler des chaises exactement du même esprit et du même cœur, et de la même main, que ce même peuple avait taillé ses cathédrales».
Cette évocation de la pénibilité, de l’ardeur au travail et du « désir de perfection » nous conduit naturellement à la spiritualité du travail abordée dans le chapitre V de Laborem exercens. Lié à la peine, fatiguant, difficile, le travail permet à l’homme de s’associer à l’œuvre rédemptrice du Christ et à « s’avancer grâce à lui vers Dieu ». Dans le travail, nous dit l’encyclique « le chrétien retrouve une petite part de la croix du Christ et l’accepte dans l’esprit de rédemption avec lequel le Christ a accepté sa croix pour nous ».
Ainsi l’enseignement social chrétien nous fait-il percevoir qu’il faut passer du plaisir à la joie, de la contrainte subie à la peine offerte, en gardant constamment le souci de l’œuvre et du bel ouvrage comme le moyen de la réalisation de l’humanité en soi-même.

V/ En guise de conclusion

Ces quelques points ne sauraient résumer l’extraordinaire trésor que constitue la réflexion de l’Eglise sur le travail. Ils nous encouragent cependant, puisque c’est la vocation de l’enseignement social chrétien à nous tourner vers l’action et à dégager quelques conclusions plus concrètes de ce constat.

V-1 Associer l’homme à la création
 
Autant que faire se peut, ne jamais séparer le travailleur de l’œuvre ! C’est en s’éloignant de la réalité de ce qu’il crée que l’homme perd le sens de son travail.
C’est ainsi que dans certaines entreprises, tous les salariés, quel que soit leur poste ou leur niveau de responsabilité, doivent passer par des temps de formation où le produit leur est présenté dans toutes ses caractéristiques. D’autres ont également organisé leur « process » de fabrication par phase. Chaque phase permet d’élaborer un produit fini qui est identifiable et visible. Bien sûr, ces opérations sont plus faciles dans l’industrie que dans les services mais quel que soit le secteur économique il est dangereux de faire l’impasse sur cette réflexion.

V-2 Respecter les personnes
 
Le travail ne peut pas se réduire à un simple échange de biens. Sa valeur est liée à la personne qui l’accomplit et cette personne, qui est unique, doit être reconnue comme telle. Elle a besoin, pour s’épanouir, de se sentir connue, reconnue et aimée pour ce qu’elle est.
D’où la nécessité de mettre en place dans les entreprises une bonne politique de communication. En favorisant les liens, en multipliant les occasions de relations interpersonnelles, elle permettra à chacun de s’enrichir d’informations pour l’intelligence, d’actions pour la volonté et de satisfaction pour le cœur.

V-3 Responsabiliser
 
Saint-Exupéry le dit dans Citadelle : « Le simple berger lui-même qui veille ses moutons sous les étoiles, s'il prend conscience de son rôle, se découvre plus qu'un berger. Il est une sentinelle. Et chaque sentinelle est responsable de tout l'Empire ».
C’est la responsabilité qui est le contre-poids de la liberté. Elle consacre l’unité de l’acte humain en ne séparant jamais l’effet des causes. Malheureusement, il arrive que dans les entreprises la responsabilité soit diluée pour devenir collective ou renvoyée, c’est-à-dire oubliée.
L’homme peut donc retrouver le sens de son travail en redécouvrant la responsabilité qui lui revient. Pour illustrer ce point, on peut donner l’exemple de cet équipementier automobile où l’opérateur est libre de commander l’arrêt de la chaîne de production lorsqu’il a repéré un défaut ou cette entreprise de restauration internationale (que tout le monde connaît) dans laquelle les serveurs, responsables de la qualité des produits, peuvent prendre l’initiative de changer le plat servi qui ne plaît pas au client.

V-4 Donner à chacun ce qui lui appartient :
 
Le principe de subsidiarité est un des « piliers » de la doctrine de l’Eglise. Il encourage les responsables à respecter en tout le primat de la personne, et au-delà de la personne, les communautés de plus en plus larges que peuvent créer les personnes.
Dans  le monde du travail, ce principe veut qu’on rende l’initiative et la responsabilité après les personnes aux groupes, même les plus petits. Le niveau supérieur n’interviendra donc que subsidiairement s’il y a défaillance ou incapacité.
 C’est ainsi que sur la chaîne de montage, l’opérateur et ceux qui travaillent avec lui sur la même zone sont plus qualifiés que quiconque pour améliorer l’ergonomie de leur plan de travail. Les équipes spécialisées pourront jouer un rôle de conseil ou d’aide mais en aucun cas leur responsabilité ne devra se substituer à la leur !
Dans ce contexte (mais je prêche un peu pour ma paroisse !), la communication est un facteur clé de réussite parce que plus on fait descendre les responsabilités, plus il est important que chacun comprenne le rôle des autres.

V-5 La solidarité :

« Plus que jamais aujourd’hui », nous dit le pape Jean-Paul II, « travailler c’est travailler avec les autres et pour les autres ». Chaque homme étant créateur, il a un droit sur sa propre création certes mais aussi un devoir de solidarité universelle puisque personne ne peut « vivre pour soi ».
Cette prise de conscience est d’autant plus aiguë que nous vivons dans une économie mondialisée. Elle devrait conduire les entreprises à faire comprendre à chacun les dimensions de sa solidarité avec les autres :

-    par le souci d’une plus grande « transparence » en donnant aux salariés une meilleure  connaissance des situations et des rôles des différents collaborateurs, une meilleure compréhension de l’environnement économique et social, etc.
-    par l’enracinement de l’entreprise dans son milieu, dans son terroir, avec les responsabilités qui en découlent (emplois, participation au développement local, etc.)
-    Par le respect de l’environnement
-    Par son action sociale et culturel

On pourrait donner bien des exemples de ces politiques d’entreprise. Tous montrent que la perception du travail est différente selon que l’on se sent ou non dans une relation féconde avec son environnement.

« Ora et labora » pourrait être le mot de la fin ! Priez et travaillez… La règle de Saint Benoît, que l’on retrouve par ailleurs largement citée et commentée dans de nombreux ouvrages de management à destination de cadres d’entreprise, est en effet un modèle à méditer.
La prière d’abord, dont le fondement est l’humilité et sans laquelle il n’y a pas de relation vivante et personnelle avec Dieu.
Le travail ensuite qui, par des actes délibérés, nous permet de nous conformer au bien promis par Dieu, de grandir dans la vertu et d’accéder ainsi à la perfection de la charité.
A la dernière question que lui pose Peter Seewald dans « Le sel de la terre » sur ce que Dieu veut réellement des hommes, le pape Benoît XVI, encore cardinal Ratzinger fait cette réponse :  « Que nous devenions des êtres aimants, alors nous serons vraiment à son image… Dieu voudrait qu’il y ait des créatures qui… à partir de la liberté de leur propre amour, deviennent comme Lui et relèvent de Sa propre nature et répandent la lumière qui émane de Lui ».


Pierre COLLIGNON, directeur général de l'IRCOM

p.collignon@ircom-asso.com
Fribourg - septembre 2005

Partager cet article

Repost 0
Published by pico - dans anthropologie
commenter cet article

commentaires